samedi 19 août 2017

«Avec pas de p'tites roues»



Vous avez bien lu, oui oui, un nouveau billet se met en ligne!
Pourquoi «avec pas de p'tites roues»? Bien parce que depuis l'an dernier, nos trois garçons ont commencés le vélo à deux roues.

Je suis tellement fier d'eux et j'aimerais du fond du cœur me sentir fier de les avoir aidés à franchir cette étape si importante...

Mais ce n'est pas le cas. Parce que pour cette étape-là moi, je les ai utilisés mes «p'tites roues». Ces petites roues humaines qui ont fait tout le travail.

Tout a commencé avec le plus grand! Du haut de ses 5 ans, nous avons décidés qu'il était temps pour lui de rouler à deux roues. Je m'étais préparé à ce que tout aille mal. Il allait tomber, se cogner, se
faire des bobos qui saignes! En un sens, je n'allais pas être pris au dépourvu. Alors! Équipé d'une clé anglaise, de pansement adhésif, de ma conjointe et d'une amie, nous nous sommes rendus dans la cours de l'école.

J'allais lui montrer tout seul comme un grand!

J'ai été bien vite dépassé! Au final, c'est mon amie qui lui a montré. Je t'épargne le comment je me suis sentis en dedans, mais c'était l'opposé de compétent. Ma première petite roue humaine venait de faire une grosse partie du travail pour moi.

J'allais sûrement réussir tout seul comme un grand aux prochains enfants!
Mais non! Pendant les vacances avec Maman (lire ici qu'il y a garde partagée), le petit garçon de 4 ans apprends à faire du vélo à deux roues! Lorsqu'il revient à la maison, il pédale déjà comme un athlète et est même capable de freiner avant de foncer dans les voitures. Une deuxième petite roue humaine avait fait son oeuvre.

Là l'anxiété a commencé. Je voulais moi aussi montrer aux enfants à faire du vélo à deux roues... tout seul comme un grand. Il y a le garçon du milieu. J'en discute avec ma copine. On hésite! Il fait des crises quand il se fait mal, est un peu maladroit et on doute qu'il ait assez de force dans les jambes et de coordination pour tenir son équilibre si on enlève ses petites roues.
Avant même qu'on s'entende à savoir si on l'essai sans ses petites roues pendant nos vacances, on reçoit un message sur facebook... le père du garçon du milieu (Lire ici qu'il y a garde partagée pour avec pas de p'tites roues». La mamie avait profité d'une journée avec lui pour lui enlever et faire ce travail colossal. Une troisième petite roue avait passé par là.
lui aussi, mais cette fois du côté de ma conjointe) nous envoie un vidéo d'un garçon qui fais du vélo «

Une chose est sure, c'est que dans ma liste de chose à réussir pour être un bon parent, apprendre à mes enfants à faire du vélo à deux roues était écris en gros caractère. Mais je ne m'en plains pas. Être un bon parent c'est aussi accepter l'aide lorsqu'elle est disponible et non seulement quand on est à bout de ressources.

Je les aime mes «p'tites roues humaines» elles m'aident souvent et me permettent d'en faire plus avec les enfants. C'est aussi à ça que ça sert d'avoir un bon réseau. Avec les amis et la famille!

Il m'en reste une à qui je peux apprendre à faire du vélo à deux roues. Elle est encore trop jeune, mais quand le temps va venir, ce sera à notre tour de s'essayer avec pas de p'tites roues!!
Publier un commentaire